HomeActualitésRencontresLES MÉTIERS MÉCONNUS DU RÉSEAU...

LES MÉTIERS MÉCONNUS DU RÉSEAU : Rencontre avec Etienne Deschamps – Chef circulation des trains aux CFF

bandeau-metiers-1920x640

Le centre d’exploitation des CFF, situé à Lausanne, semble tout droit sorti d’un film de science-fiction. Sur des dizaines d’ordinateurs, des graphiques affichent des lignes parcourues de segments verts, rouges ou oranges, d’autres semblent fixes. C’est ici que s’opère l’aiguillage des trains dont le Léman Express qui circulent dans le Grand Genève et jusqu’à Morges. Rencontre dans le saint des saints avec Etienne Deschamps, chef de team et chef circulation des trains.

Les centres d’exploitation CFF sont de véritables tours de contrôle. Quel est le rôle des personnes que l’on voit rivées à leur clavier ?

Etienne Deschamps : Ce sont en quelque sorte les gardiens du temple. Ce sont eux qui veillent à ce que la circulation des trains se fasse sans entrave. Car si les itinéraires et les heures sont préprogrammés, des écueils peuvent jalonner le parcours d’un convoi. Les chefs circulation vont traduire par des signaux les impondérables qui surviennent. Ainsi le conducteur sait qu’il peut maintenir le cap lorsque le signal est vert, qu’il doit ralentir si celui-ci est orange ou stopper quand il passe au rouge. Chaque chef circulation doit gérer entre huit et dix trains. C’est ce qui explique pour partie la multiplicité des écrans qui font face aux collaborateurs. En parallèle, il leur incombe aussi la gestion de trains de marchandises qui ont souvent des horaires spéciaux.

A quoi correspondent précisément les lignes et les segments colorés que l’on voit apparaître sur certains écrans ?

E.D : Ces éléments matérialisent les trains, orange pour le Léman Express, bleu lorsque le train est à vide ou transporte de la marchandise. La fiche de codes qui apparaît va permettre l’enclenchement automatique des signaux destinés aux conducteurs. 

D’autres collaborateurs sont affectés à des tâches spécifiques ?

E.D : Nous avons des régulateurs de trafic. Ce sont eux qui devront prendre la décision de rétablir la circulation après un incident. C’est une fonction évidemment déterminante car c’est lui qui doit prendre les dispositions pour une reprise rapide du trafic selon l’horaire.
Le chef circulation mettra en œuvre les décisions du régulateur en garantissant la sécurité des voyageurs. Le rôle de régulateur est d’autant plus complexe que le nombre de trains relevant de notre secteur est de 950 par jour dont 240 Léman Express. 

A quelle fréquence, les chefs circulation interviennent-ils pour prévenir une difficulté sur un parcours ?

E.D : En permanence car les CFF fonctionnent 24H/24. Ces imprévus ne sont pas tous du même ordre. Certains peuvent être résolus très rapidement, d’autres nécessitent un investissement plus long. Mais nous poursuivons nos deux missions majeures, la sécurité et la ponctualité autant que faire se peut des trains. 

Comment les chefs circulation des trains sont-ils formés ?

E.D : Nous suivons un cursus intensif de huit mois dispensés par les CFF au terme duquel nous pouvons obtenir l’autorisation d’exercer délivrée par l’Office fédéral des transports.
Cette formation de base est complétée par une formation de trois mois en opérationnel permettant une connaissance approfondie des gares desservies. C’est une formation exigeante à la mesure de la responsabilité que nous devrons assumer.


Voir l’interview filmée d’Etienne Deschamps:

Dans la même catégorie

Métiers du réseau

Les métiers méconnus du réseau 

Les Transports publics genevois (tpg) ont développé un véritable pôle d’innovation dont l’objectif est de répondre aux besoins évolutifs des voyageurs en conformité avec la

Leman express

Plus jamais sans «mon» Léman Express

Deux ans, presque jour pour jour, après sa mise en circulation, le Léman Express a ses adeptes. Des voyageurs, qui affluent d’Annecy, de Thonon, d’Annemasse.